Nouvelles d'Emmanuel Blas

Eclosion

Il n'aimait pas les cris des enfants qui jouaient dehors. Ils s'amusaient à attraper les bandits, les méchants, ceux qui les effraient dans leurs plus profonds cauchemars. Ils jouaient sans lui. Pourquoi irait-il ? Il n'était plus un enfant. Il ne rigolait plus quand les marionnettes commençaient leur spectacle. Il restait là, seul, contemplant le plafond de sa chambre. Il attendait l'heure.

Chaque sommeil était une paix mais une paix troublée par des images passées pleines d'émotions, pleines de larmes cachées. Les rêves remplis d'espoir s'étaient faits de plus en plus rares pour devenir inexistants. De jour comme de nuit, il souffrait. Rejetant toutes ces choses de la vie dites indispensables. Se rejetant lui-même.

Il fixait ce plafond lisse, blanc, sans le moindre défaut. Il remarqua néanmoins un point noir placé juste au dessus de sa tête. Ce point le dévisageait, pénétrant au fur et à mesure dans son esprit. Impossible de détourner les yeux, d'ailleurs, il n'essayait même pas. Il laissait le point s'enfoncer dans les méandres de son esprit. Il attendait l'heure.

L'heure où il s'endormirait, l'heure où il sentirait enfin le vide l'attirer. Où son âme quitterait cet infâme cocon pour devenir enfin un papillon et s'envoler. Il attendait cette sensation depuis tant d'années, chaque jour espérant ne plus revoir le soleil. Souhaitant les ténèbres, implorant le silence. Il ne voulait plus entendre les enfants s'amuser.

Il contemplait le point qui s'agrandissait petit à petit. Le point devint trou, un trou horriblement noir, un noir glacial. Il entendit des sons familiers, des cris d'enfant appelant à l'aide.

MAMAN !!!


Son corps se mit à trembler nerveusement. Il ne contrôlait plus aucun de ses gestes. Les voix devinrent de plus en plus fortes pour devenir insupportables. Elles ricochaient dans son esprit telles des balles qui cherchent à atteindre leur cible. Il entendait aussi les battements de son cœur qui martelaient ses oreilles, la pression de son sang ne cessait d'augmenter.

Le plafond devint entièrement noir. Toute la chambre devint noire. Aucune source de lumière, l'espoir disparut à nouveau. Son corps fut secoué de spasmes puis il ferma les yeux. Les voix se turent, seule sa respiration persistait. Qu'allait-il devenir maintenant que le cocon se brisait ?

Le papillon s'envola, volant de nuages en nuages. Oubliant sa vie de larve. La vie commençait enfin. Une vie éternelle.

©  Emmanuel BLAS, 2002



Page copy protected against web site content infringement by Copyscape




1...345678


Copyright © 2003-2013. Emmanuel Blas. Tous droits réservés. http://www.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura MangaFleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Webmestre : Sylvie Blas.