Nouvelles d'Emmanuel Blas

Patience et tenacité

Cela faisait des heures qu'il attendait et toujours aucun signe du vaisseau du corsaire. Jobb était complètement engourdi. Assis dans son speeder Galak IV, son corps réclamait du mouvement. Ses jambes étaient lourdes. Le sang ne circulait plus convenablement. Jobb connaissait les planques. Il se cachait très souvent pour obtenir des scoops. La surprise était synonyme de succès. Mais depuis le temps qu'il courrait après le fameux Jean Bart, il s'impatientait.

Des années à parcourir le système Géo DK 6. A chaque fois, Jobb arrivait après la bataille comme tous ses confrères. Pas une photo de lui, impossible de le rencontrer. Il ne pouvait offrir aux lecteurs de son web-magazine qu'un lamentable compte rendu. " Aujourd'hui, le corsaire du nom de Jean Bart a encore détruit un convoi ". Des années à se contenter de cela. Mais Jobb était tenace.

Sa curiosité à l'encontre du corsaire remontait à plus de dix ans.A cette époque, une patrouille de l'agence de protection spatiale Britania le captura. Aussitôt, Jobb partit pour la station orbitale Anglia où sont interrogés les criminels de l'espace. Evidemment, de nombreux journalistes du net galactique s'y rendirent. Jobb fut choisi par Jean Bart. Ce dernier, harcelé par les demandes d'interviews, accepta celle de Jobb. Les ennuis ne firent que commencer pour Jobb ainsi que sa longue quête.

Une fois les contrôles de sécurité effectués, Jobb entra avec son portable dans la cellule. Jean Bart profita de l'agitation créée par l'interview pour désarmer un des gardes. Il saisit une paire de menottes et s'attacha avec Jobb. Jobb se transforma dès lors en otage. Jean Bart tua, dans sa course, plusieurs policiers et obligea Jobb à le conduire à son vaisseau. De là, il s'échappa et Jobb dut se contenter de ses souvenirs.

Bien sûr, Jobb profita du coup d'éclat du corsaire. Il était un témoin privilégié. Son récit fit le tour du net. Il publia même un CD Rom digital avec reconstitution virtuelle. Un vrai succès commercial. Mais Jobb paya également la rançon de la gloire. Cette notoriéte coula son mariage. Diane, qui lui reprochait déjà de privilégier sa carrière, ne lui pardonna son aventure avec la journaliste de télé Claire Chazali. De plus, les agents spéciaux de Britania ne cessaient de le suivre, d'intercepter ses e-mails ou ses messages transmagnétiques. Il lui devint impossible d'exercer son métier. Si bien que son rédacteur en chef le relégua aux faits divers, aux chiens écrasés comme on disait au XXème siècle.

Mariage détruit, carrière au ralenti, surveillance permanente, Jobb était très remonté contre Jean Bart. Il lui devait une interview. Jobb décida de tout reprendre à zéro, de mener sa propre enquête. Avec les années, Britania relâcha un peu sa pression et Jobb put retrouver un peu de discrétion pour travailler. En discutant avec d'anciens convoyeurs transpatiaux, il apprit que Jean Bart travaillait en fait pour la compagnie Francia. Son rôle consistait en fait à détruire les convois des compagnies rivales de Francia, notamment ceux d'Hollandia.

Ces deux compagnies étaient en fait de véritables planètes-conglomérats où chaque habitant travaillait pour la société.Il existait très peu de conglomérats de cette taille et ils se vouaient une concurrence féroce pour obtenir les marchés des planètes satellites. Par son action destructrice, Jean Bart ralentissait la livraison des produits d'Hollandia. Francia en profitait alors pour s'emparer du marché. Le libéralisme galactique tout simplement.

En 46 1689, année du couronnement de la reine Bichounia, Jean Bart réussit à s'emparer du prototype du nouveau Speeder G3 près du secteur de Beveziers. Ses succès firent réfléchir Jobb. Comment le corsaire s'y prenait-il pour connaître à l'avance le chemin emprunté par les convois d'Hollandia ? L'espace est vaste. Par déduction, Jobb comprit que Jean Bart captait les transmissions d'Hollandia. Jobb rechercha alors un cracker capable de lui fabriquer une telle machine. Cela lui coûta toutes ses économies mais Jobb espérait bien réussir à attraper Jean Bart et à l'interviewer. Ce serait un tel scoop.

Et donc, depuis hier, Jobb stationnait à l'entrée de la zone du Tex-El pour voir le vaisseau du corsaire. Des heures d'attente et Jean Bart tardait à venir. Tout comme le convoi d'Hollandia. Alors que Jobb commençait à s'interroger sur les capacités de sa machine à capter les ondes d'Hollandia, les vaisseaux firent leur apparition. Une centaine de Tankers X-G2 traversaient le Tex-El. Hollandia devait probablement fournir la nouvelle barre de céréales qu'elle venait de fabriquer à base d'orge et de chocolat et dont le net était saturé de spots publicitaires.

Jobb mit en place sa caméra et filma. Il ne raterait rien cette fois. A peine, eut-il achevé les réglages que Jean Bart et ses mini-croisers firent feu prenant complètement au dépourvu la défense d'Hollandia. Le corsaire fit détruire les tankers un par un. Les barres de céréales ne seraient jamais livrées à temps. Encore un coup dur pour Hollandia.

Jobb alluma les moteurs de son speeder et suivit l'escadrille de Jean Bart qui repartit une fois la tâche accomplie. Le voyage dura une trentaine de minutes malheureusement, Jobb fut découvert. Les hommes de Jean Bart lui ordonnèrent de se poser. IL leur expliqua qui il était et ce qu'il voulait. Le corsaire vint les rejoindre. Ca y était, Jobb allait enfin avoir son interview après toutes ces années. Jean Bart se souvint de lui et accepta la proposition.

Alors, ne manquez pas demain et en exclusivité intergalactique, l'interview du plus célèbre corsaire de l'espace sur Galaxie-news.net.

©  Emmanuel BLAS, 2002



Page copy protected against web site content infringement by Copyscape





12345...8


Copyright © 2003-2013. Emmanuel Blas. Tous droits réservés. http://www.quelquesraresqualites.frPartenaires : Fleurs de Sakura MangaFleurs de Sakura Comics
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Webmestre : Sylvie Blas.